Les mensonges du Maire FN du Luc en Provence sur les Immigrés

Publié le par ASTI-Var

"Quelle déception à la lecture de la presse quotidienne... Déception et colère... Les responsabilités sont partagées !

 

D'un côté des élus Front National qui déblatèrent des mensonges et d'un autre des journalistes qui retranscrivent ces propos sans même les contredire... Voilà la recette parfaite pour installer dans la conscience collective des idées de rejet de l'Autre, de l'Etranger.

 

Comment peut-on laisser dire Le Maire Front National du Luc en Provence qui justifie son augmentation et celle de ses adjoints de la façon suivante : "les adjoints touchent quand même moins qu'un étranger venant prendre sa retraite en France sans jamais y avoir travaillé" ? Des propos relayés tel quel dans plusieurs médias.

 

Rappelons un principe de base : POUR TOUCHER UNE RETRAITE IL FAUT AVOIR TRAVAILLE ET AVOIR COTISE. 

 

Disons que Monsieur le Maire n'est pas très au fait de la législation.... 

 

Disons qu'il confond retraite personnelle (qui est un dû pour toute personne ayant travaillée et cotisée) avec l'Allocation Spécifique de Solidarité aux Personnes Agées - ASPA (ex-minimum vieillesse)...

 

Mais lors même dans ce cas là il ment ! 

 

- Tout d'abord parce que le montant de l'ASPA est de 791.99 EUR (donc  INFERIEUR à l'indemnité qu'il a octroyé à ses adjoints de 961 EUR) 

- Ensuite les conditions d'attribution ne permettent pas à un étranger de venir "prendre sa retraite en France sans y avoir travaillé"  et là je l'invite à vérifier les conditions sur le site

 

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F16871.xhtml

Résidence en France

Le demandeur doit résider régulièrement en France.

Condition de régularité du séjour pour les étrangers

Pour bénéficier de l'Aspa, un étranger doit se trouver dans l'une des conditions suivantes :

soit détenir depuis au moins 10 ans un titre de séjour autorisant à travailler,

soit être réfugié, apatride, bénéficier de la protection subsidiaire ou avoir combattu pour la France,

soit être ressortissant d'un État membre de l'Espace économique européen ou suisse.

- Rappelons également que nous ne pouvons pas comparer le montant de l'ASPA à celui octroyé à ses adjoints, qui n'est pas un salaire mais bien une INDEMNITE, indemnité qui vient donc en complément de leurs revenus.

 

- De plus soulignons au passage l'extrême précarité des migrants âgés qui, pour la plupart, se retrouvent fort démunis au moment du passage à la retraite. Et je vous invite alors à venir vous rendre compte par vous même lors des permanences d'accès aux droits à la retraite que nous tenons dans le Var, à Fréjus, Brignoles, Draguignan, Ste Maxime, Cavalaire et Le Luc.  En effet, analphabètes pour la plupart, au moment de constituer leur dossier de retraite, certains signent la demande de liquidation sans même faire valoir les années manquantes, d'autre ignorent qu'ils peuvent demander à percevoir la retraite complémentaire pensant que c'est une même demande, d'autre apprennent qu'un de leur employeur ne les a pas déclaré, leur fournissant des fiches de paies non conformes.... autant d'années manquantes qui grèvent considérablement le montant de leur retraite personnelle (de moins de 100 EUR/ mois dans les cas les plus catastrophiques) et qui les obligent à demander l'ASPA, qui n'est pas un luxe mais un minimum pour vivre, d'autant que son versement assigne à résidence obligeant à séjourner plus de 6 mois par an en France, eux qui ont leur famille restait au pays...Comment envisager de rentrer auprès d'eux quand vous percevez une retraite personnelle si faible qu'elle ne vous permet pas de survivre....

 

- Rappelons que, dans la mesure où nous rentrons dans les conditions d'accès, toute personne de plus de 65 ans à droit à l'ASPA et que tous, français ou étrangers, préféreraient pouvoir s'en passer et percevoir une retraite qui leur permettrait de vivre décemment..."

Commenter cet article